La consommation d’énergie mesurée dans les logements au chauffage collectif

Une facture de consommation d’énergie individuelle est désormais mise à disposition de chacun des occupants. En effet, selon la loi n°2015-992 parue le 17 août 2015, la croissance verte est fondée particulièrement sur la répartition des coûts de chauffage. Selon ce dispositif, la facturation de l’occupant sera définie en fonction de ses propres consommations. Il s’agit dont d’une  manière permettant de limiter la consommation d’énergie et de réduire la facture. Il est donc important de bien isoler sa maison afin de limiter les pertes énergétiques. Pour cela, des spécialistes de l’isolation comme groupe-isoltoit.com réalisent des travaux d’isolation de combles.

Pour limiter les dépenses en consommation d’énergie 

consommation-denergie.jpg

Dans des logements au chauffage collectif, chaque ménage doit désormais avoir sa propre facture. Elle est réalisée en fonction de la surface du logement et non du niveau de consommation d’énergie de chacun. Tous les ménages constituant une résidence dotée d’un système de chauffage collectif ont accès à une facture individualisée à partir de mars 2017. Il s’agit d’une mesure qui fait partie de la loi de transition sur la consommation d’énergie. Le principal objectif avec cette nouvelle mesure s’avère de réduire les dépenses énergétiques. En individualisant les frais de chauffage, les occupants peuvent désormais évaluer leur niveau de consommation et le réduire au minimum afin de sauver leur portefeuille des dépenses exagérées. En tout, cette loi est une solution aux dépenses d’énergie en excès. 

La peine liée à cette mesure en consommation d’énergie

mesure-en-consommation-denergie.jpg

Les propriétaires ou occupants d’un logement pourvu d’un système de chauffage central est obligé de veiller à ce que leur propriété comporte des compteurs pour cette individualisation de factures de consommation d’énergie. Le non-respect de ce règlement mène généralement à une amande de 1 500 euros par an. Si cette mesure est effective pour les logements à haut niveau de consommation d’énergie avant le 31 mars 2017, les immeubles à basse consommation annuelle de moins de 150 kWh pourront encore profiter d’un délai supplémentaire, notamment jusqu’au 31 décembre 2019.